C'est sans doute sur le canal Charleroi-Bruxelles et sur le canal du Centre que vous participerez à la croisière la plus impressionnante de Belgique. Nulle part ailleurs, vous ne trouverez autant de curiosités hydrauliques aussi proches les unes des autres.
Même si l'idée de relier Charleroi à Bruxelles via un canal existe depuis le 16ème siècle, suivant ainsi l'exemple du 'nouveau canal' qui reliait Bruxelles au Rupel et à l'Escaut depuis 1561 pour palier à l'envasement de la Senne, ce n'est que vers 1832 que l'idée fut concrétisée. Le canal permettait alors de relier le bassin houiller wallon à Bruxelles et à la Flandre.
Le canal mesurait alors seulement 2m de profondeur et seuls les petits bateaux de 70 tonnes appelés 'sabots' ou 'baquets' de Charleroi pouvaient y naviguer. Au total, 55 écluses, 2 ponts et un tunnel furent construits. Il fallait 3 jours pour rejoindre Charleroi depuis Bruxelles et le canal était essentiellement employé pour le transport de la houille.
Malgré ces inconvénients, le canal fut une des voies de transport maritime les plus importants de Belgique puisqu'il reliait le bassin de l'Escaut avec le bassin de la Sambre et de la Meuse: via le Canal du centre, il y a une liaison avec le haut Escaut et via la Sambre canalisée avec la Meuse. Après de nombreuses adaptations, le canal peut accueillir aujourd'hui des bateau atteignant 1350 tonnes. Le nombre d'écluses a été ramené à 10 en plus du plan incliné de Ronquières. De nos jours, un bateau navigue de Charleroi à Bruxelles en une journée.

Le plan incliné de Ronquières est un des ouvrages d'art les plus impressionnants et il est célèbre dans le monde entier. Il fut terminé en 1968. Les bateaux y sont tractés dans un énorme 'bac' sur rails sur une longueur de 1400m avec une différence de niveau de 68m.

Depuis 1970, le canal est moins employé. Les raisons principales de cette diminution de la navigation fluviale sont dues à plusieurs facteurs dont la forte concurence des transports routiers et des voies ferrées et la chute du transport de la houille. Cette diminution de la navigation de marchandises et des industries qui longent la voie d'eau laisse peu à peu a place au tourisme et à la récréation.